Le sucre : source d’énergie… ou poison ?

Les glucides sont, dans notre mode de fonctionnement classique, notre source d’énergie principale. Un discours que les industriels ne manquent pas de souligner et d’utiliser à leur guise pour être sûrs que nous en consommions assez : petits déjeuners hyper sucrés, barres de céréales, gâteaux pour le goûter, jus de fruits industriels et boissons sucrées, yaourts aromatisés, charcuterie, plat industriels, cordons bleus, pizzas, surimi, et même pain blanc, pain de mie, viennoiseries, mais aussi pâtes blanches, produits raffinés…

Tous ces produits sont des sources glucidiques qui dépassent bien largement les dosages (et la qualité) physiologiques que réclame notre organisme. La raison évoquée : « il vous faut de l’énergie« .

En effet, notre organisme, pour son fonctionnement (par la respiration cellulaire), brûle des calories par transformation du glucose (un sucre simple). Plus nos cellules fonctionnent, plus cette respiration cellulaire est demandeuse, plus nous utilisons ce glucose. Voilà pourquoi les sportifs en consomment plus, mais aussi… les cellules cancéreuses. C’est un peu le revers de la médaille.

Seule exception : en cas de jeûne prolongé ou dans le cadre d’une alimentation spécifique comme le régime cétogène, l’organisme s’adapte et prend son énergie par transformation des graisses par le foie. Ce mode particulier, appelé autolyse, est un tout autre fonctionnement génétiquement possible, qui intéresse d’ailleurs drôlement les chercheurs. Mais cela reste dans un cadre de restriction d’apports glucidiques.

Bon, alors, on a besoin d’énergie, donc de sucre, donc pourquoi en faire tout un fromage ? Parce que notre alimentation moderne est en train de montrer également les failles de ce système et les limites qu’il conviendrait de respecter avec le sucre :

  • Le sucre appelle le sucre : plus on en mange, plus on en a envie et même besoin quelques heures plus tard. Un cercle vicieux expliqué par des libération hormonales (libération d’insuline par le pancréas), mais aussi de certains neuromédiateurs. Certaines études ont montré que le sucre pouvait être plus addictif que la cocaïne
  • Tous les sucres ne se valent pas, la qualité est importante. En effet, des sucres sous forme naturelle, non-décomposée, accompagnés de fibres, de minéraux et de vitamines auront un impact nettement différent sur la libération d’insuline, l’aspect addictif, et également sur le métabolisme cellulaire. Les sucres présents dans des aliments naturels et bruts apporteront une énergie plus durable et sans gâcher de minéraux dans leur utilisation (la fuite du magnésium par consommation de produits raffinés est un bon exemple).
  • La quantité est également importante, nos besoins physiologiques sont plus simples à respecter en mangeant à satiété des fruits et des légumes, plutôt qu’en comptant les calories des produits sucrés et apports glucidiques.
  • Les sucres complexes, c’est à dire les féculents, ont longtemps été mis au rang d’aliments sains par excellence. Le mythe étant basé sur le fait que ces sucres complexes, les amidons, étaient plus longs à digérer et à découper en sucres simples, et donc libérés en douceur dans l’organisme. On en a alors oublié qu’un certain nombre de facteurs impactaient cette libération plus ou moins rapide. Aujourd’hui, on parle plutôt d’index glycémique (vous pourrez trouver l’index glycémique des aliments sur internet, mais sachez que celui-ci est également différent selon le mode de cuisson). Beaucoup d’aliments à base de farines blanches et raffinées sont finalement des bombes glucidiques, qui font exploser nos plafonds d’insuline. Le pain blanc, les pâtes blanches, les farines blanches,… Privilégiez plutôt des féculents d’origines variées, et complets. Sucre complet, farines semi-complètes bio, riz semi-complet, sarrasin, quinoa, millet, épeautre, petit épeautre, seigle…

Mais surtout n’oubliez pas le plus important et ce qui doit dominer dans nos assiettes : les légumes !

Cet article est extrait de ma newsletter du mois de septembre 2019, si vous voulez recevoir des infos, des astuces, et des actualités sur la santé au naturel, inscrivez-vous gratuitement à ma newsletter (1 email par mois) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.